Interview Anna et Dietrich Brüggemann

Rencontre avec Dietrich et Anna Brüggemann
Hier soir, après la projection de leur film Renn Wenn Du Kannst / Cours si tu peux, Dietrich et Anna Brüggemann, respectivement réalisateur et actrice principale, se sont livrés au jeu du question-réponse avec le public. Retour sur l’échange:

Comment s’est déroulé le travail avec votre sœur ?
Dietrich : Très facile ! Le fait de bien connaître l’acteur qu’on dirige rend sa direction plus facile. De plus, Anna est co-scénariste du film. C’était une évidence qu’elle devait jouer le rôle d’Annika. En ce qui concerne les deux autres acteurs ce fût un long casting pour dénicher les perles rares.

Le film a-t-il eu grand succès en Allemagne ?
Dietrich : Plus ou moins.
Anna : Le film est sorti en été. Une période de l’année moins favorable au cinéma. Et malgré ce handicap, le film a été très bien accueilli par le public. Sûrement moins que s’il était sorti à un autre moment de l’année, mais on est plutôt satisfaits.

Pourquoi ce titre en particulier ?
Anna : On a affaire à trois personnages qui voudraient courir, mais qui n’y arrivent pas. Anika voudrait jouer du violoncelle. Christian voudrait finir son service civil. Et bien sûr Benjamin qui voudrait marcher.
Dietrich : C’était aussi réellement une des réplique du film, mais elle a été coupée: dans la scène du lac, la colocataire d’Annika lui criait « Cours, si tu peux ! »

Quelle est la place de la musique dans le film ?
Dietrich : Elle constitue un point central dans le film. J’ai voulu créer un contraste entre la musique classique et la musique rock. De plus, le violoncelle d’Anna est une métaphore de l’handicap, elle doit toujours le porter avec elle, il est encombrant.

Enfin la question que tout le monde se pose, ce portrait en plâtre, Mozart ou Beethoven ?
Dietrich : En réalité, on l’a conçu pour qu’il soit un mixte de toutes les personnalités célèbres!

Partager l'article