Les coups de cœur de l’équipe

Vous hésitez entre deux films ? Vous cherchez un conseil ? L’équipe du CCFA vous dévoile tout au long du festival ses coups de cœur :

♥ Alice, chargée de communication

Empire Me – parce que le film remet en question notre place et notre façon d’interagir avec une société que nous considérons acquise.

La fille invisible / Die Unsichtbare – parce qu’il est brillamment interprété par Stine Fischer Christensen, qui nous touche par son habile mélange entre vulnérabilité et autodestruction.

Oh boy – parce que le personnage de Niko fait appel à une partie de nous, et sans s’y identifier pleinement, nous nous reconnaissons dans ses actes.

♥ Marie, bénévole et rédactrice en chef de la gazette Univerciné

La fille invisible / Die Unsichtbare – parce qu’il n’est pas simple de dépasser ses propres limites, de jouer un rôle qui n’est pas le sien. Le film dérange et interroge nos habitudes en nous poussant à aller chercher en soi la volonté d’atteindre ses propres objectifs. Mais tous les moyens sont-ils bons ? Et à quel prix ?

Almanya – parce que cette comédie pose des questions universelles sur l’identité et l’intégration ; plus que d’actualité de nos jours.

Le mur invisible / Die Wand – parce qu’au delà de la performance incroyable de l’actrice Martina Gedeck, les spectateurs voyagent à travers de magnifiques paysages autrichiens. Un film dépaysant !

♥ Kordula, assistante de langue au CCFA

Bingo – Comment sont-ils, les vrais Allemands ? Ce film documentaire donne une réponse : Plus drôles et sympas qu’on peut s’imaginer ! Même pour les Allemands comme moi, c’était une surprise de voir des gens du Nord si détendus.

Empire Me – C’est un film étonnant, les premiers vingt minutes on ne croit pas qu’on voit. Il offre une vue sur des modes de vie qu’il ne faut peut-être pas partager, mais au moins qui ouvrent l’esprit.

Fenêtre sur l’été / Fenster zum Sommer – Un film d’amour comme il faut !

♥ Rebecca, stagiaire dédiée au festival Univerciné au CCFA

This Ain’t California – parce que le réalisateur Marten Persiel montre qu’un documentaire est plus qu’une juxtaposition des faits.

Oh boy – parce que cette comédie, porté par une ambiance de jazz et une comique de situation extraordinaire, parle d’une « tragédie » individuelle avec un certain clin d’œil. Qui ne se sent pas des fois un peu perdu dans un monde « noir et blanc » où il y a trop de possibilités pour être heureux?

Grâce / Gnade  – parce que je trouve ce film non seulement extrêmement intense ce qui concerne les images du paysage du grand nord et l’interprétation impressionnante de Jürgen Vogel et de Birgit Minichmayr mais aussi parce que c’est un film qui n’a pas peur de donner une réponse radicale à la quête d’un pardon dans une situation impardonnable. Un film rafraîchissant !

Partager l'article