Rencontre avec Dirk Lütter

Le film de Dirk Lütter Die Ausbildung a été découvert en 2011 à la Berlinale. Il y a reçu le prix décerné par l’OFAJ : « Dialogue en perspective ». Depuis les bureaux d’une entreprise, récit d’un apprenti dans une agence commerciale. Le personnage plutôt introverti est confronté à un monde balancé entre les affinités, la productivité et la stabilité de l’emploi. Le réalisateur Dirk Lütter a lui-même fait l’expérience de ce monde, il a bien voulu répondre aux questions du public lundi 14 novembre, après a projection du film.

dirk-luetterPourquoi avoir focalisé sur un jeune étudiant ainsi que sur son entrée dans le monde du travail ?
Ici, c’est de montrer que cette introduction dans le monde du travail concerne chaque individu de par ses choix personnels. Cette phase entre la sortie de l’école et de l’entrée dans le monde de l’entreprise est une phase de transition qui laisse à mon sens plus de libertés.

Pourquoi laisse parler le silence dans le film et quel ressenti attendez-vous du public ?
Pour certaines scènes, j’ai volontairement diminué les temps de dialogue pour laisser des espaces de réflexion. De cette façon, les scènes restent telles quelles, c’est-à-dire le moins théâtralisées possible. Le spectateur peut alors se projeter dans l’espace de travail selon ses propres expériences professionnelles.

Le film n’a pas de musique dans l’ensemble, excepté les coeurs : quelle est la signification de ces chants ?
Ces coeurs sont issus de groupes syndicalistes, de comités d’entreprises composés de personnes qui travaillent dans les bureaux, de personnes qui défendent des valeurs de solidarité et d’entraide. Ce sont des valeurs qui ont bercé ma jeunesse et qui touchent à mon sens des relations humaines. Et je souhaitais faire le contraste dans le film et surtout avec les valeurs de l’entreprise qui sont à l’opposé.

Cette rencontre a été soutenue par l’Office franco-allemand pour la Jeunesse.

Propos receuilllis par Pierre-Alexandre Charrier.

Partager l'article