Rencontre avec Gisela Tuchtenhagen et Margot Neubert-Maric

Gisela Tuchtenhagen et Margot Neubert-Maric sont venues samedi 10 présenter leur film documentaire Bingo, qui s’attache à des octogénaires du Land du Schleswig-Holstein, Land jumelé à la région des Pays de la Loire.

Votre point de départ était-il le bingo ou ces femmes ?
MNM : On ne peut séparer ces deux éléments, ce film est dédié à ma mère qui adorait jouer au bingo.
GT : Nous avions eu l’idée grâce à un autre fil, sur les jeux des hommes, c’est là que nous avons remarqué que beaucoup de femmes jouent au bingo.

Vous êtes parties du bingo et vous avez élargi au mode de vie, est-ce une particularité du Land du Schleswig-Holstein ?
GT : Ca ce joue partout en Allemagne en fait, surtout dans les campagnes avec des gains en nature (jambons, produits régionaux…). Le Schleswig-Holstein est très proche du Danemark et là la législation autorise à jouer au bingo contre de l’argent.
MNM : Nous nous sommes intéressées à ces femmes qui venaient bien coiffées dans les restaurants et dans les bars, à leur histoire. La génération de la guerre, de l’après-guerre, c’était important de garder cette perspective.
GT : Ce qui nous intéressait c’était de découvrir les gens de la classe moyenne, leur riche biographie nous a enthousiasmé.

Une question est posée au public : Est-ce que le dialecte était compréhensible ? Quelle a été votre expérience ?
Réponse d’une spectatrice : Les sous-titres ont été bien utiles !
GT : Le « platt » n’est pas un dialecte homogène, il est différent d’une partie du Land à l’autre.
Gisela (personnage du film) change de langue quand elle parle de son enfance par exemple.
MNM : On a trouvé ces femmes en mettant une annonce dans différents journaux : cherche femme de 60 ans et plus, parlant « le platt » et jouant au bingo. On a reçu entre 10 et 20 réponses. Nous avons êtes très bien accueillies, elles étaient très contentes de pouvoir nous raconter leurs vies.
GT : Elles nous ont aussi aidées à tourner dans les différentes halles de bingo du film.
En effet, il est interdit de filmer ces halles car certains gagnants ne veulent pas que l’on sache qu’ils ont gagné quelque chose, en cas de RSA par exemple, où la peur de devoir déclarer des revenus supplémentaires justifie ce refus d’enregistrement.

Est-ce que le tutoiement est naturel dans le dialecte du Schlieswig-Holstein ou est-il justifié par le lien que ces femmes ont crées avec vous ?
GT : Non, ce n’est pas obligatoire, cependant il est vrai que les limites entre le tu et le vous sont floues.
MNM : L’échelle sociale joue également, les personnes du village se tutoient et quand ils s’adressent à une personne venue de l’extérieur (médecin) ils vous voient.

Partager l'article