Rencontre avec Oliver Sauer

Vendredi 14 novembre, le public a pu rencontrer et poser des questions à Oliver Sauer, qui joue le rôle de Karl Manzl dans la comédie noire « Abats-le ! ». 

oliver sauer

  • Comment s’est passé le travail effectué avec le réalisateur Jan Georg Schütte sur le tournage du film « Abats-le ! » ?
  • C’est déjà le troisième film que nous avons tourné ensemble. Le tournage s’est passé sur une semaine. Jan Georg Schütte souhait faire un film sur la fin de vie, sur l’euthanasie. L’idée du film nous est par la suite venue dans un restaurant où nous allons souvent manger des pâtes.

    Dans le film d’avant (« Die Glücklichen »), nous avions beaucoup plus de marge de manœuvre. Pour « Abats-le ! », il fallait être très précis. Nous avons travaillé à partir d’images. L’image des trois sœurs par exemple devait être présente. Pour le reste, c’était de l’improvisation. Nous n’avions pas non plus de répétitions. Ainsi, beaucoup de matériel a été produit, et le réalisateur a ensuite fait le tri parmi tout ce matériel.

    • Est-ce que les autres films de Jan Georg Schütte dans lesquels vous avez joués étaient également des comédies noires ?

    Le film « Swinger Club », qui signifie littéralement en français « club d’échangiste », était l’histoire de 5 amis. Mais ce n’était ni une comédie noire, ni un film sur les clubs échangistes !

    • Est-ce que le temps de tournage de 7 jours était un délai que vous vous étiez fixé ou était simplement dû au fait que vous improvisiez ?

    Bien entendu, il faut normalement beaucoup plus de temps que cela pour tourner un long métrage. Mais le fait que l’on partait simplement d’images puis que l’on improvisait, sans répétition, nous a fait gagné beaucoup de temps. C’était tellement improvisé que parfois, les acteurs ne savaient pas ce qui allait se passer. Par exemple, dans la scène dans laquelle Silvia dîne avec son père pour essayer de l’empoisonner, elle ne savait pas que son père allait lui proposer d’échanger les assiettes. D’où son étonnement apparent. Tout cela était improvisé.

    Le château dans lequel la plupart des scènes se passent nous a été mis à disposition, puis le travail a été fait en général chronologiquement.

    • Est-il difficile de travailler dans ces conditions ?

    Personnellement, j’adore travailler comme cela. Ce n’est pas difficile car on est vraiment dans la peau du personnage, on sait qui l’on est. C’est totalement différent quand tout est prévu à l’avance car on ne peut pas s’écarter du script.

    Dans le dernier film de Jan Georg Schütte, qu’il est en train de tourner, l’acteur le plus jeune a 65 ou 70 ans. Le thème est en effet celui d’un speed-dating pour personnes âgées. Le groupe Die Glücklichen, (constitué des acteurs du film du même nom et que l’on retrouve dans « Abats-le ! ») ne fait donc pas partout de l’équipe du film.

    Partager l'article